Encore une fois, à force d’abuser, Raymond en fait les frais: comme tout emprunteur immobilier, il avait souscrit une assurance de prêt pour assurer son crédit immo.

Mais lorsqu’il a rempli son questionnaire de santé, il a été de mauvaise foi et a tout simplement perdu ses droits à l’indemnisation du risque survenu lors de son remboursement de crédit.

Mais que s’est-il passé pour notre « ami » ?

Explications

Le Code des Assurances oblige les assurés à répondre avec exactitude et sincérité aux questions posées par les assureurs au moment de la souscription d’un contrat assurance prêt.

Cela permet à l’assureur d’évaluer les risques à couvrir pour proposer une offre adaptée.

Mais étant donné qu’un contrat d’assurance est un « contrat de bonne foi » et que notre cher Raymond a « gaiement » menti en répondant au questionnaire de santé, sa mauvaise foi l’a mené vers de grosses complications…

En effet, toute fausse déclaration par l’assuré est punissable par la loi. Quoi, notre Raymond national puni ? Et bien oui !

Quelles sanctions ?

Tout assuré qui ment sur l’une des questions posées par l’assureur s’expose tout simplement à la nullité de son contrat d’assurance.

Et, même s’il le savait, Raymond a préféré délibérément mentir sur sa situation pour payer moins cher son assurance, ce qu’il a fait durant plusieurs mois…

Mais lorsque le risque est survenu, notre super troll, j’ai nommé Raymond, fut dépourvu… de son contrat d’assurance de prêt et ne fut donc pas indemnisé par l’assureur!

Ce dernier s’est en effet alors rendu compte de la supercherie quant à sa déclaration lors de la souscription du contrat et, ayant pu prouver la fausse déclaration intentionnelle de R, il a immédiatement annulé son contrat.

Mais R a eu un accident de travail et ne peut plus rembourser son crédit immo en raison de sa perte de revenus !

Tant pis, t’as non seulement plus d’assurance crédit, mais maintenant tu dois aussi te débrouiller pour rembourser ton crédit dans son intégralité car sans assurance prêt, pas de crédit immobilier !

Conclusion

Ne faites pas la même erreur que ce menteur de Raymond : répondez de façon exacte et précise au questionnaire qui vous est remis par votre assureur, car la sanction est sévère !